Les voisins de Pékin : enquête sur les régions pauvres autour de Pékin

La notion de zone pauvre autour de la capitale a été proposée pour la première fois dans un rapport publié par la Banque asiatique de développement en 2005 : autour de Pékin, ville capitale et métropole internationale et de Tianjin, il existe 3798 villages et 32 districts défavorisés dans la province du Hebei, 2.726 millions de personnes y vivent dans la pauvreté, avec un revenu annuel moyen de moins de 625 yuans, soit 75 euros.

7 ans plus tard, le premier livre bleu sur la zone Beijing-Tianjin-Hebei publié conjointement par l’Université de la capitale d’économie et de commerce et par la Maison d’édition des documents de sciences sociales en mars 2012 indique que l’écart entre les régions pauvres autour de Pékin et la banlieue pékinoise continue de s’agrandir.

Bien que cette région périphérique pauvre autour de Pékin n’appartienne pas géographiquement à Pékin, elle voisine la capitale depuis des centaines d’années. En profitant de sa supériorité politique, Pékin puise les ressources des régions voisines depuis longtemps. Malgré le récent soutien en retour de Pékin, ce problème historique de la zone pauvre existe toujours. Quelques petites villes pauvres ont enfin bénéficié du développement de Pékin, mais la plupart des districts et des villages espèrent sortir de la pauvreté au plus vite.

En 2011, le 12ème plan quinquennal a proposé la construction d’une zone économique de la capitale pour aider la ceinture pauvre. Que sont les liens et les interactions entre Pékin et les zones voisines ? Que sont les influences d’un mécanisme d’interactions sur le développement de ces régions voisines ? Comment briser la « ceinture pauvre » par la « zone économique » ? On n’arrive pas encore à répondre à toutes ces questions.

China Newsweek publié le 16 avril, No. 13 2012

Abonnez-vous à notre newsletter