Article sur la Chine: les rivalités commerciales aux yeux du Ministre du Commerce chinois

Nouveau siècle publié le 9 avril, No. 14 2012

Face à la situation sévère des exportations chinoises depuis le début de l’année, Caixin Médias a interviewé M. Chen Deming, Ministre du Commerce chinois, en charge des échanges commerciaux extérieurs et du commerce intérieur.

« La croissance équilibrée de l’économie est relative et éphémère, la croissance déséquilibrée est absolue et durable ; le développement à grande vitesse de la Chine a brisé l’ancien équilibre, mais un nouvel équilibre s’établit. » C’est la compréhension de M. Chen sur la « théorie du déséquilibre » de l’économie mondiale. Il estime que toutes les forces produisent du déséquilibre, la force de propulsion est née des contradictions et des oppositions.

Cette réflexion a répondu indirectement à l’inquiétude intérieure sur les frictions commerciales qui s’aggravent entre la Chine et d’autres pays du monde. Mais M. Chen affirme que grâce au système mondial de commerce multilatéral, les frictions commerciales sont, dans l’ensemble, contrôlables.

Le monde est un grand marché de plus de 7 milliards de personnes. Les entreprises chinoises compétitives participent activement à la concurrence mondiale dans ce grand marché. Le développement des entreprises et des produits chinois ainsi que la croissance continue des chiffres d’affaires sont apportés par la mondialisation des entreprises transnationales et la percée informatique.

La Chine a adhéré courageusement à l’OMC, et dix ans plus tard, elle a bien rempli ses engagements, mais il est obligatoire d’ouvrir davantage son marché. M. Chen a indiqué que les pays demandant une ouverture continue de la Chine doivent aussi s’engager à une nouvelle ouverture. L’ouverture et la réforme se complètent mutuellement. La prochaine ouverture exigera prioritairement une ouverture des idées.

Il existe des liens étroits entre la Chine et le monde, on peut bien développer davantage l’ouverture du monde vers la Chine par une ouverture plus large de la Chine. « Ce sera un processus de rivalités compliqué, mais il faut s’y tenir. »

Plusieurs chemins mènent à l’intégration économique, le TPP (Trans-Pacific Strategic Economic Partnership Agreement) en est un probablement.

La Chine contrôle plus strictement les pratiques de corruption commerciale des entreprises chinoises à l’étranger. Suite à l’amendement au Code de procédure pénale chinoise, ce genre d’activités sera poursuivi.

Abonnez-vous à notre newsletter