Weibo vs Twitter: Twitter K.O.

Le 14 août 2009, SINA Corporation a créé un réseau social chinois permettant le micro-bloging. Il s’est nommé WEIBO. Ce concurrent de Twitter permet à l’utilisateur d’envoyer gratuitement des messages brefs par internet (140 mots maximums).

Dans un message, l’identification d’un utilisateur se fait grâce à son pseudonyme précédé du caractère « @ ». Weibo permet aussi aux célébrités et organismes officiels de disposer d’un compte VIP certifié sur son système de micro-bloging. Ces comptes sont identifiables par la lettre ‘V’ qui suit les noms d’utilisateurs.

Selon les études faites sur le marché chinois , ce réseau de micro-blogues du style Twitter compte déjà 40 million d’utilisateurs en à peu près 18 mois d’existence, surtout répartis en Chine continentale. Jeudi dernier, j’ai publié un billet sur mon blogue The Rice Cooker qui comparait Twitter et son émule chinois.

En termes de contenu, la langue chinoise écrite est beaucoup plus compacte que les langues basées sur l’alphabet romain : un ou deux caractères chinois représentent à peu près un mot dans une langue européenne. C’est évident qu’à cause de ça, Weibo ressemble étrangement à un service de blogue sur le speed.

L’interface de Weibo est elle-même beaucoup mieux pensée que celle de Twitter, reprenant justement des idées du blogue en format long (avec des commentaires attachés aux articles) et puis un système de « retweet » qui permet beaucoup facilement de remonter la discussion sur un sujet en particulier.

Le fait de faire elle-même le hosting des photos fait également une grosse différence dans la circulation d’information. Le contenu de Weibo est très peu politique et très très orientée sur les personnes riches et célèbres (évidemment), mais a tout de même vu émerger des histoires intéressantes comme l’incident de Yihuang. Qian Gang, directeur du China Media Project à HKU, a près de 1.8 million de lecteurs abonnés à son micro-blog sur QQ.com.

Il existe un immense marché sur Weibo. Ce service proposé par la société SINA est en situation de quasi-monopole.

Abonnez-vous à notre newsletter