Paiement mobile en Chine

Le leader du paiement mobile en Chine arrive en France pour mieux servir les touristes chinois

Depuis novembre 2016, les touristes chinois en France peuvent régler leurs achats via leurs mobiles chez certains commerçants. Ils n’utilisent pas Apple Pay ni Android Pay, mais une application similaire extrêmement populaire en Chine : Alipay. Ce portefeuille digital développé par la filiale financière Ant Financial du leader de l’e-commerce chinois Alibaba est en effet utilisé par quelque 4,5 millions de Chinois et occupe entre 70 % et 80 % des parts du marché du paiement mobile en Chine.

Concrètement, cette application génère un QR code lors de chaque achat, qui est scanné par le commerçant. Alipay permet ainsi d’accepter le paiement et le montant de la transaction est aussitôt débité du compte client pour créditer celui du commerçant. En Chine, ce moyen de paiement intégralement dématérialisé s’est très vite répandu pour régler toutes sortes de transactions, que ce soit au supermarché, au restaurant, dans des boutiques de vêtement, au cinéma ou encore pour tout type d’achats en ligne (et même certaines transactions bancaires). Dans les plus grandes villes du pays, il est ainsi possible de réaliser tous ses achats quotidiens uniquement par Alipay, sans un yuan en poche.

Un service spécialement dédié aux touristes chinois en France

Après avoir habitué ses consommateurs à utiliser ce nouveau moyen de paiement dans toute la Chine et pour toutes sortes de transactions, il est logique qu’Alibaba souhaite aujourd’hui élargir la zone géographique d’utilisation de son service Alipay.

Le groupe a naturellement choisi la France, où les touristes chinois (2,2 millions en 2015 et 1,6 million en 2016) dépensent en moyenne neuf milliards d’euros par an, soit la moitié de ce qu’ils dépensent au total en Europe. D’après Atout France, cela représente environ 3 400 € par personne et un tiers de cette somme est utilisée pour l’acquisition de biens de luxe. Le plafond par transaction a aussi été fixé en tenant compte du montant élevé des transactions des touristes chinois en France, à 300 000 euros par transaction.


L’UTILISATION DES PLATEFORMES DE PAIEMENT MOBILES EN CHINE


Un accord avec les commerçants parisiens du luxe

Ainsi, Alipay a tout d’abord été mis à disposition de commerçants de marques de luxe dans Paris. Pour ce faire, Ant Financial s’est associé à la banque Edel, filiale du groupe Leclerc et responsable de la création de l’interface et du terminal de paiement permettant aux commerçants d’utiliser Alipay.

Banque Edel a commencé par distribuer son service dans des hôtels (dont le Novotel Paris Tour Eiffel et le Mercure Opéra Louvre), chez le maroquinier Just Campagne ainsi que dans les espaces vin et pharmacie du centre E. Leclerc So Ouest à Levallois. L’objectif est de se concentrer sur les espaces de ventes largement fréquentés par des touristes chinois (dont le luxe, l’hôtellerie et les transports) avant d’élargir le service à d’autres grandes villes de France et d’Europe.

L’Europe comme toile de fond de la stratégie française d’Alipay

La stratégie d’Ant Financial est effectivement de déployer Alipay à l’échelle internationale pour faciliter les transactions des Chinois dans tous leurs déplacements à l’étranger. Ce service est déjà disponible sur Uber China pour permettre aux Chinois de régler avec leur smartphone. Le groupe a également scellé une alliance avec le logiciel bancaire Wirecard pour payer certaines transactions en Allemagne.

En France, la filiale d’Alibaba avait déjà noué un partenariat avec le producteur de logiciels et terminaux de paiement Ingenico en août 2016, avec le même objectif de cibler les touristes chinois, mais dans des lieux différents (bars, restaurants, grandes surfaces par exemple). Mais Ingenico n’étant pas une banque, Ant Financial doit encore négocier avec la banque de chaque commerçant afin que celles-ci acceptent le service Alipay. Parmi les banques déjà partenaire, on trouve Barclays au Royaume-Uni, UniCredit en Italie et BNP Paribas en France. Ce partenariat avec Ingenico permet en revanche aux distributeurs Internet de valider les transactions de ce nouveau service de paiement.

Alipay, futur concurrent des portefeuilles digitaux occidentaux?

Finalement, si l’objectif d’Ant Financial est aujourd’hui de faciliter les transactions des touristes chinois lors de leurs déplacements à l’étranger, il n’est pas exclu que l’application Alipay soit un jour mise à disposition des Européens eux-mêmes, concurrençant ainsi directement les portefeuilles digitaux Android Pay et Apple Pay.

De plus, en se positionnant dès aujourd’hui comme solution de paiement supplémentaire et alternative au liquide ou à la carte bleue chez les commerçants européens, Alipay damne à la fois le pion à son concurrent direct en Chine, WeChat Paiement, développé par le groupe Tencent et associé à son application de messagerie instantanée WeChat.

Suivez Daxue Conseil sur Facebook pour recevoir les dernières actualités sur le marché en Chine : 

Abonnez-vous à notre newsletter