Le marché de l'eau minérale à Hong Kong en danger?

Le marché de l’eau minérale à Hong Kong tourne autour de centaines de millions de bouteilles chaque année. Pourtant, contrairement au reste de la Chine, l’eau du robinet y est buvable. En 2010, ce marché représentait plus de 200 millions de dollars de vente. Quelques grands groupes partagent ce marché très rémunérateur. On retrouve la marque Swire Coca Cola HK qui détient à elle seule presque le tiers du marché. Il y a également la marque Evian du groupe Danone qui représente le quart du marché. Enfin Volvic et Badoit et le groupe Watson possèdent 11,8% du part du marché. La population a l’embarras de choix sur les offres, car on trouve aussi plusieurs marques du groupe Nestlé comme PolarSpring, Arrowhead, Nestlé Pure life. Notons que Nestlé détient 2,4 % du marché.

La composition du marché de l’eau minérale à Hong Kong

eau minérale hong kong

Les appellations sont variées. Entre autres, on retrouve des « eaux pure », « eau de montagne » ou encore  « eau arctique ». Toutefois, ces appellations ne constituent pas de garantie pour la potabilité ou la qualité de l’eau emmagasinée dans les bouteilles. Les seules dénominations légales sont « l’eau de source » et « l’eau minérale ». En effet, par l’appellation « eau de source », on se réfère aux sources d’eau souterraines consommables. Elles ont subi des traitements comme la filtration, l’aération ou encore le décantage. Certaines eaux de sources sont également gazéifiées. Quant à l’eau minérale, c’est également une eau de source avec des propriétés minérales qui lui donnent des vertus thérapeutiques.

Les menaces sur le marché de l’eau minérale

eau minérale Chine

En outre, le marché de l’eau minérale de Hongkong est constitué de bouteilles d’eau pure distillées qu’on utilise pour la consommation locale. Cette eau pure est particulièrement populaire parmi les consommateurs chinois, pour qui la « purification » du corps est un fantasme récurrent. Pourtant, rappelons que si on ne trouve pas en effet d’agents pollueurs organiques dans cette eau minérale purifié, on ne trouve également pas de sels minéraux, ce qui la rend inadéquate à la consommation. Cette tendance à la purification excessive est donc un risque sur le marché de la distribution d’eau minérale à long terme.

Autre menace, le coût de l’eau en minérale est particulièrement cher à Hong Kong. En effet, il en coute près de mille fois le prix de l’eau au robinet pour le consommateur. Or, contrairement au reste du territoire chinois, l’eau du robinet est potable à Hong Kong. Si les habitudes de consommation et la culture chinoise, sceptique face à l’eau du robinet protège encore le marché de l’eau minérale à Hong Kong, on peut s’inquiéter d’un glissement de la consommation vers l’eau du robinet.

Enfin, la dernière menace est liée au cout environnemental de l’eau en bouteille. En effet, Hong Kong ne bénéficie pas des structures pour recycler le million de bouteilles jetées chaque année et a pris l’habitude d’exporter ces déchets vers la Chine, qui elle peut prendre en charge la gestion du recyclage. Mais Hong Kong a été soumise, comme l’ensemble des pays étrangers, à la nouvelle réglementation chinoise sur l’importation des déchets. Cela provoque un entassement des déchets dans la zone de Hong Kong, qui ne pourra bientôt plus supporter cette accumulation. Cela représente donc encore un point qui peut pousser les autorités à favoriser la consommation d’eau du robinet, moins coûteuse en déchets, plutôt que d’eau minérale à Hong Kong.

Stephane Menars,

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/74699.htm

Abonnez-vous à notre newsletter